Plusieurs moyens sont aujourd’hui disponibles pour amorcer et réussir un sevrage tabagique. On peut citer parmi eux la cigarette électronique. Prisée par plus d’un du fait de son efficacité, de plus en plus de spécialistes le conseillent à leurs patients. Mais pour en tirer profit, il importe de respecter un certain nombre de principes.

Bien opérer le choix de sa cigarette électronique

On peut décider d’arrêter brusquement ses habitudes tabagiques. Mais il ne s’agit pas toujours de la façon la plus optimale de procéder. Les risques de rechute sont en effet importants. En lieu et place, l’on gagnerait à y aller progressivement. Et l’un des moyens les plus sûrs d’obtenir un résultat en adoptant cette méthode est l’utilisation d’une cigarette électronique.

Encore appelée vapoteuse, il s’agit d’un accessoire électronique qui produit une sorte de vapeur semblable à celui issu de la combustion du tabac. Mais à la différence de ce dernier, il ne contient pas de  monoxyde  de carbone, et les autres composantes ne sont présentes qu’un de faibles proportions. Même si son importance dans le processus de sevrage tabagique n’est plus à démontrer, il n’est pas moins vrai qu’il peut paraitre dans certains cas nocif, ou comme un facteur de rechute. C’est pourquoi il est conseillé de porter une attention particulière au choix du modèle que l’on va adopter. Les spécialistes conseillent généralement de tester de nombreux types avant de se fixer.

Qu’est-ce-qui caractérise une bonne cigarette électronique ?

Une cigarette électronique qui fonctionne d’une manière optimale est composée d’un certain nombre d’éléments. Il s’agit tout d’abord d’un réservoir destiné à contenir le e-liquide. Ce dernier constitue un intrant incontournable, et contient entre autres de la nicotine ou non, des arômes et plusieurs autres éléments. Les arômes donnent un certain goût à ce qui est inhalé et jouent de ce fait, un rôle important dans la relation que le vapoteur développera avec sa cigarette. Mais certains sont plutôt déconseillés en raison de leur caractère dangereux. Il s’agit par exemple de la menthe et de la vanille. Dans tous les cas, avant d’adopter un liquide pour cigarette électronique, il faut d’abord s’assurer qu’il est certifié par l’Afnor.

Il faut particulièrement considérer la batterie notamment son autonomie et sa puissance car de ces deux paramètres vont dépendre entre autres les performances de votre cigarette. Elle a pour rôle de chauffer la résistance qui a son chauffe l’e-liquide en vue de produire la vapeur. Plus la puissance de la batterie est grande, plus la quantité de vapeur produite est importante.

Ne jamais l’associer avec une cigarette traditionnelle

Il ne faut en aucun cas associer une e-cigarette avec une cigarette électronique. Cette association augmente en effet le niveau de dépendance à la cigarette et fait inhaler beaucoup plus de substances cancérigènes. En lieu et place, l’on pourrait utiliser des substituts nicotiniques tels que les patchs, les gommes… Cette conciliation est d’ailleurs beaucoup plus conseillée et offre de meilleurs résultats.

Enfin, dans une perspective de sevrage tabagique, l’usage d’une cigarette électronique ne doit pas être permanent. Il ne doit permettre au sujet que de mieux supporter la période de transition. Un sevrage total doit donc être envisagé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *